La Colombe Tambourette

  • Anglais : Tambourine Dove
  • Allemand : Tamburintâubchen

Colombe TambouretteVoici une espèce très intéressante. Elle est belle et possède en plus une fort dimorphisme sexuel. On la trouve dans les élevages et plus souvent en importation. Ces dernières restent très sauvages et farouches. Leur reproduction est aléatoire et cela demande plusieurs années pour avoir des oiseaux un peu calmes.

Description :

  • Taille 22 à 23 cm
  • Poids : 50 à 85 gr.

Le mâle est revêtu d’un plumage brun-roux foncé quiç va du milieu de la tête jusqu’à la queue. Sur les côtés du cou et de la tête, ce brun-roux est teinté d’olive et mêlé de grisâtre. Les taches alaires sont noires, à reflets verts ou pourpres. Les parties inférieures, le front et les joues sont d’un blanc pur. Un trait noir relie l’œil au bec. L’iris est brun, le bec pourpre avec l’extrémité brun-noir. Les pattes sont pourpres.

La femelle est gris brun pâle à la place des parties blanches, qui sont d’ailleurs plus restreintes.

Distribution et mœurs à l’état sauvage : La colombe tambourette est présente depuis la Sierra Léone jusqu’au sud-ouest de l’Ethiopie et jusqu’au sud de l’Angola et du Mozambique, et allant jusqu’au cap de Bonne Espérance par le Natal. On la rencontre dans les forêts, les régions broussailleuses et les zones ouvertes, non loin de l’eau. Elle est souvent sur le sol, par couple à la recherche de diverses graines, de baies et d’insectes.

Elle niche de préférence dans un buisson épais à faible hauteur. Les adultes se partagent la tâche de construction du nid. C’est une plate-forme faite de fines brindilles et de radicelles. Deux œufs, plus rarement un, sont pondus.

Captivité : Issus d’élevage-amateur, ces oiseaux sont relativement calmes et peuvent être logés en volière moyenne de préférence plantée. S’ils sont issus d’importation, la volière sera plus spacieuse et bien plantée pour que les oiseaux sentent le plus en sécurité possible. Ils sont plus sensibles au froid humide de nos climats que les autres espèces. Ils devront donc passer l’hiver dans un abri hors gel. Mais dans une volière bien exposée et abritée, ils peuvent passer les meilleurs mois de l’année à l’extérieur. La Tambourette est plus batailleuse que d’autres colombes, surtout vis-à-vis de celle de son espèce. Pensez à ne loger qu’un couple de Tambourettes dans une volière où l’on pourra d’autres oiseaux exotiques, psittacidés pacifiques, cailles et autres colombes calmes mais pouvant éventuellement se défendre. La cohabitation dépendra de la grandeur de la volière et de la densité des plantations.

Alimentation : La base est un mélange de graines pour colombes et exotiques, complété par des graines mi-mûres (graminées sauvages ou cultivées), des mauvaises herbes, à défaut des graines germées, des fruits coupés en petits morceaux, des baies, de la nourriture vivante, et de la pâtée à l’œuf et insectivore.

Reproduction : Le calme est nécessaire pour cette Tambourette nerveuse. Des sites de nidification seront prévus dans les endroits les plus calmes de la volière, et souvent à faible hauteur. Le nid est constitué de brindilles et fini avec de l’herbe sèche.

Deux œufs blanc crème de 24 x 18 mm sont pondus et couvés alternativement par les deux parents pendant 13 à 14 jours.

Attention à déranger le moins possible les oiseaux pour ne pas risquer un abandon des jeunes. L’entrée dans la volière se fera en prévenant les oiseaux et avec des gestes très calmes.

Le baguage s’effectue avec un diamètre de 4 mm posé vers le dixième jour. Les jeunes quittent le nid à environ 15 jours.

Trois à quatre nichées consécutives sont possibles, voir même une cinquième.

Quant au cri ? Est-ce qu’elle tambourine ? malheureusement aucun texte n’en parle !

Texte extrait de L’encyclopédie Des Colombidés Aux Editions PRIN / Fax : 02-38-65-90-60
La Basse-Cour Somme-Aisne-Oise, Octobre 2008

Toute reproduction, même partielle, est interdite, sans autorisation écrite de l'auteur.

Basse-cour Somme-Aisne-Oise : tous droits réservés